Contactez-nous 0954587836
 
Liens commerciaux
 
 
 
 
 
 
 
 
 




BAAZIZ en concert à l'AZIMUT 854, NANCY , le 26 Avril 2008

BAAZIZ en concert le 26 Avril 2008 à l'AZIMUT 854, NANCY (54), 20h30.

Baâziz, l’insoumis Casquette de pêcheur, veste bleue de docker, Baâziz est né il y a une quarantaine d’années d’un marin arabophone, musicien de chaâbi, et d’une Kabyle, à Cherchell, petite ville près d’Alger, célèbre pour ses vestiges romains et son académie militaire.

Il chante : « C’est pas l’homme qui prend la merde/ C’est la merde qui prend l’homme/ Moi la merde elle m’a pris je me souviens j’étais p’tit/ J’ai troqué ma djellaba mon burnous un peu zone/ Contre un petit cabas et un billet pour l’Hexagone. ».
Abdelaziz Bekhti, alias Baâziz, donne ainsi une adaptation très personnelle de la chanson de Renaud Dès que le vent soufflera, devenue chez le titi algérois
Nous nous en allerons : une série de vers ironiques sur la harangue anti-immigrés de Le Pen.
Baâziz fait donc du maâkous, une tradition qui consiste à pasticher un chant populaire pour dénoncer les injustices sociales et politiques.
Du reste, s’il a prénommé son fils Rachid, c’est en hommage à Rachid Ksentini (1887-1944), chansonnier star considéré comme le Charlot algérien.

Au passage, Baâziz avoue aussi son admiration pour les pères fondateurs du chaâbi d’Alger, M’hamed El Anka et Omar M’rizek.
Si, en Algérie, on trouve plusieurs genres musicaux, représentés chacun par des dizaines, voire des centaines d’artistes, Baâziz, lui, adopte un style unique, croisement « francalgérien » de Renaud, Brassens, Dylan, Hugues Auffray et de tout ce que son pays d’origine a connu comme pamphlétaires.


 




Nos partenaires


Liens utiles


INFORMATIONS LEGALES
Conditions d'utilisation  -  Mentions légales  -  Informations

Services